GIFU : ENTRE ONSEN, HISTOIRE ET NATURE

Aujourd’hui, on repart à la découverte de ma région préférée au Japon : la préfecture de Gifu. J’avais déjà fait un double épisode dessus il y a plus d’un an avec les vidéos Gifu, ma région préférée au Japon et Rallye des Onsen à Gifu ; cette fois, c’est l’occasion de découvrir encore de nouveaux endroits dans cette préfecture ! :)

J’ai pu bénéficier du soutien de la préfecture de Gifu, qui m’a laissé libre comme d’habitude et m’a juste demandé de participer à 2 activités sur le thème du Ji-Kabuki qu’elle souhaitait faire découvrir !

LE JI-KABUKI DE GIFU

Véritable fierté de Gifu, j’ai profité du voyage pour découvrir le Ji-Kabuki, une forme amatrice du théâtre Kabuki qui est jouée par des locaux, dont les représentations sont gratuites et qui se passe toujours dans la plus bonne des franquettes. Direction donc Nakatsugawa pour assister à une représentation au théâtre Kashimo Meiji-za. C’est gratuit mais seulement une fois dans l’année, le premier dimanche de septembre.

Kashimo Meiji-za
L’entrée du théâtre Kashimo Meiji-za
gorges tsukechi
Juste à côté du Kashimo Meiji-za, on peut se balader dans les gorges de Tsukechi

C’était très intéressant, il y avait beaucoup d’interactivité avec le public, chacun étant posé un peu à l’arrache en train de manger son Bento. Vraiment une belle ambiance !

jikabuki gifu
La franquette à son top
ji-kabuki
Le Ji-Kabuki : un joli spectacle à voir !

Deuxième expérience de Ji-Kabuki durant ce voyage, j’ai pu m’essayer au Kumadori, le maquillage du Kabuki. C’est un véritable art et chaque détail du maquillage a un sens, rien n’est laissé au hasard ! J’ai fait ça au théâtre Aioi-za, dans la ville de Mizunami, qui propose également un Ji-Kabuki chaque année les 28 et 29 septembre.

kumadori
Le bleu est la couleur des méchants et des fantômes alors que le rouge est celle des héros
ji-kabuki maquillage
Maquillage et costume de Ji-Kabuki

MAGOME-JUKU, SUR LA ROUTE DE NAKASENDO

Direction ensuite un endroit que j’adore à Gifu : Magome-juku, un ancien village-étape sur la Nakasendo, une des deux routes qui reliaient autrefois Edo (capitale du Shogun) à Kyoto (capitale de l’empereur). On pouvait soit passer par la Tokaido, la route qui longeait la mer, soit par la Nakasendo, la route qui passait par les montagnes.

magome juku
Bienvenue à Magome-juku
magome gifu
Un cadre exceptionnel…

La Nakasendo comptait 69 stations et on peut encore faire quelques morceaux du chemin aujourd’hui, le trajet entre Magome et Tsumago (la station précédente) étant le plus connu.

magome juku
L’arrivée à Magome-juku après avoir fait la route depuis Tsumago-juku

Magome-juku, c’est donc une ambiance très particulière, surtout en fin de journée lorsqu’il ne reste plus personne et que l’on se balade seul tel un Samurai vagabond. J’en ai profité pour rester une nuit et pas n’importe quelle nuit puisque j’ai dormi dans un temple ! Le temple Eishoji permet de faire cette expérience, les gérants sont adorables et on peut s’essayer au Zazen (la méditation assise) de bon matin.

eishoji magome
Dans le temple Eishoji
temple eishoji magome
La vue depuis mon Futon, au réveil…
zazen
Méditation Zazen avec le moine qui était adorable

LES CHUTES DE HIDA-OSAKA 200 TAKI

Pas loin de la ville de Gero, on trouve les chutes de Hida-Osaka, un endroit connu pour ses superbes randonnées au milieu de 216 cascades. On peut faire ça seul mais pour accéder à certaines parties il faut passer par un guide. On peut faire des randonnées sportives à sauter dans les cascades ou à ramper dans des grottes ou bien des randonnées chill avec un petit thé au milieu des cascades…

Le site de Hida-Osaka 200 Taki avec toutes les randonnées possibles

hida osaka 200 taki
Randonnée au milieu de plus de 200 cascades
hida osaka
De magnifiques décors
hida osaka 200 waterfalls
Randonnée chill sous les cascades

LES RUELLES DE KINKOTSU MEGURI

J’ai ensuite pris la direction de Hida-Kanayama, un district dans la ville de Gero qui a la particularité d’être formé de dizaines et dizaines de ruelles minuscules qui passent entre les maisons et forment un vrai labyrinthe. Une visite originale dans un village qui a gardé une atmosphère authentique de vieux Japon.

kinkotsu meguri
Les ruelles de Kinkotsu Meguri
kinkotsu meguri
Un vrai labyrinthe entre les maisons qui permettait autrefois de fuir facilement en cas d’attaque ennemie
kinkotsu meguri
On se croirait dans le décor d’un film de Ghibli

On y trouve d’ailleurs un ancien Sento (bain public japonais), fermé en 1988, qui est conservé par le village et que l’on peut donc toujours visiter librement.

haikyo sento
Un Sento fermé en 1988
sento
Une photo qui date de 1988, peu avant la fermeture du Sento

RANDONNÉE SUR LA NAKASENDO : HOSOKUTE-JUKU ET OKUTE-JUKU

Si Tsumago-juku et Magome-juku représentent la partie la plus connue et touristique de la Nakasendo, il existe également plein de petites portions du chemin qui subsistent. C’est le cas de Okute-juku, 47e station, et Hosokute-juku, la 48e. Elles sont beaucoup plus calmes que Magome-juku et séparées par un chemin de 8 km qui permet de faire une randonnée sympa.

hosokute juku
Le chemin entre Hosokute-juku et Okute-juku
okute juku
Arrivée à Okute-juku
okute-juku
Un village paisible

LE MUSÉE D’ART HIROSHIGE

Direction ensuite la ville d’Ena pour visiter un musée que j’ai beaucoup apprécié : le musée d’art Hiroshige, dédié à l’Ukiyo-e, les estampes japonaises de l’époque Edo. Beaucoup d’oeuvres retracent justement le parcours sur la Nakasendo et ses 69 stations.

hiroshige museum of art
Le musée d’art Hiroshige (impossible de photographier les vraies estampes)
musée hiroshige ena
J’adore les estampes japonaises

L’Ukiyo-e, c’est une technique traditionnelle qui consiste à peindre des couches successives sur des gravures de bois. Ça permettait de proposer plusieurs exemplaires d’une même œuvre puisqu’on pouvait peindre plusieurs fois à partir des gravures. Pour comprendre un peu la méthode de fabrication, il y a justement un atelier dans le musée qui permet de faire l’expérience des estampes japonaises.

ukiyo-e
Expérience de l’Ukiyo-e

LA VILLE DE GIFU

Étape suivante de ce voyage : la ville de Gifu, capitale de la préfecture de même nom. J’en ai profité pour visiter Kawaramachi, le quartier historique de la ville et le Daibutsu (grand Bouddha) du temple Shoho-ji, juste à côté. Petite nuit également au Ryokan Juhachiro et ses superbes Onsen dont on peut également profiter la journée, sans rester dormir une nuit.

kawaramachi gifu
Kawaramachi de nuit
kawaramachi
Kawaramachi de jour
gifu daibutsu
Le Daibutsu de Gifu au temple Shoho-ji
onsen juhachiro
Onsen nocturne de Juhachiro

Bon plan de Guigui : à la gare JR Gifu, on peut louer des vélos pour seulement 100 yen (0.70€) la journée !

gifu vélo
100 yen (0.70€) le vélo pour la journée !

FIN DU VOYAGE À GERO ONSEN

Dernière étape du voyage, la ville de Gero Onsen. C’est un endroit que j’adore et qui est connu comme un des 3 plus célèbres Onsen du Japon (avec Kusatsu et Arima Onsen). On y trouve aussi Houou-za, un théâtre de Ji-Kabuki, les représentations ont lieu chaque année en mai (3 et 4 mai 2019).

hououza gero
Le théâtre Houou-za, qui accueille également du Ji-Kabuki

Gero Onsen, c’est en tout cas une très jolie ambiance, plein de Ashiyu gratuits dans la ville et de beaux coins à découvrir : le village Gassho Mura, le temple Onsenji, le temple Zenshoji ou encore le Tomatodon à déguster !

gero onsen
Bienvenue à Gero Onsen !
gero onsen ashiyu
Ashiyu (Onsen pour les pieds) à Gero Onsen
gassho mura gero
Gassho Mura et ses maisons aux toits de chaume
temple onsenji
Un immanquable à Gero Onsen : le temple Onsenji, situé sur les hauteurs de la ville
zenshoji temple
Le joli temple Zenshoji
tomatodon gero onsen
La spécialité de Gero Onsen : le Tomatodon

J’ai également passé une nuit à Gero Onsen, dans le plus vieux Ryokan de la ville : Suimeikan et ses nombreux Onsen de barjot.

suimeikan onsen
Rotenburo (Onsen extérieur) de Suimeikan
kashikiri onsen
Kashikiri Onsen (Onsen privatif), idéal pour les couples ou les tatoués (mais mieux vaut ne rien dire à l’accueil)

C’est là-dessus que s’est achevé ce magnifique voyage à Gifu avec en fil rouge la Nakasendo et la tradition du Ji-Kabuki.

D’ailleurs sachez que dans le cadre du Japonisme, le Ji-Kabuki de Gifu sera mis à l’honneur avec des représentations les 26 et 27 octobre à la Maison de la Culture du Japon à Paris (gratuit, en japonais surtitré français).

PARTAGER
Voyageur qui aime les contrastes et nuances, j'ai démarré le projet Ichiban Japan car je souhaitais faire découvrir plusieurs Japon en partant à la rencontre des Japonais.

4 Commentaires

  1. Bonjour Guigui

    Encore une fois super vidéo merci :)
    Peux-tu nous dire par quel moyen nous pouvons réserver une nuit au temple temple Eishoji stp ?
    Merci de ta réponse et continue de nous faire rêver :D

  2. Je débarque au japon dimanche prochain (4eme étape de mon tour du monde)! Ton article m’a juste fait rêver et donner l’envie de visiter la préfécture de Gifu! J’ai hâte d’y être <3 !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here