Les meilleures et pires saisons pour voyager au Japon
Les meilleures et pires saisons pour voyager au Japon

Quelles sont les meilleures saisons pour voyager au Japon et, au contraire les périodes à éviter ? Ce sont des questions que beaucoup se posent pour planifier leur voyage, et on va répondre à tout cela de manière assez complète dans cet article. C’est un sujet que je maîtrise un minimum, ayant publié un livre qui s’intitule 72 saisons du Japon et réalisé une série de 12 vidéos présentant chacun des mois de l’année au Japon.

LE JAPON, PAYS DES SAISONS

Le Japon est un pays où les saisons sont très marquées : non seulement physiquement, avec des paysages qui changent totalement au fil de l’année, mais également au niveau des ambiances, des décorations, des spécialités à goûter, ou encore des festivals. Évidemment, c’est partout dans le monde que l’on ressent et apprécie les changements saisonniers, mais au Japon, ce lien avec les saisons est particulièrement fort, parce qu’il est omniprésent dans la vie quotidienne. L’exemple le plus parlant c’est bien sûr celui des cerisiers, qui sont non seulement présents partout, mais qui sont en plus célébrés par les Japonais à travers des pique-niques, des festivals, des décorations, etc.

Peu importe la période à laquelle on part, il y a toujours des choses à faire et à découvrir au Japon ! Mieux que ça, c’est un Japon différent qui se dévoile selon les saisons, proposant des bons et mauvais côtés qui évoluent au fil des mois. Mais peu importe les dates que vous choisirez, il y aura toujours plein d’options pour vivre un magnifique voyage !

COMMENT CHOISIR LA PÉRIODE DE VOYAGE ?

Si toutes les saisons sont intéressantes, comment choisir la période à laquelle voyager ? Y a-t-il des moments qui sont mieux ou moins bien que d’autres ? Le conseil que je répète sans cesse, c’est qu’il vaut mieux partir au moment où on se sent le mieux et où on est en bonne condition pour profiter de son voyage. Par exemple, si vous avez le choix entre 2 semaines en avril, mais que c’est une période où vous avez souvent du boulot qui vous apportera du stress et vous obligera à bosser le soir, ou bien 3 semaines en septembre de manière plus tranquille, sans avoir à stresser… alors partez en septembre ! Même chose pour le budget : si vous êtes un peu limités, ne vous précipitez pas et attendez de mettre plus d’économies de côté : on ne vient pas au Japon tous les jours, donc il vaut mieux se faire plaisir ici avec au moins une nuit dans un beau ryokan, quelques très bons restos, ou encore des activités culturelles intéressantes.

La meilleure période pour partir au Japon dépend donc finalement de vous et de votre rythme de vie ! Si vous avez cependant le choix entre plusieurs saisons et qu’il n’y a aucune différence pour vous au niveau des conditions de voyage, dans ce cas vous pouvez tout simplement vous servir de la suite de cet article qui va présenter chaque mois de l’année l’un après l’autre en détaillant tout ce qui peut être intéressant ou non à ce moment-là, les principales choses à faire, à déguster, etc. Libre à vous ensuite de décider quelle période vous tente le plus !

JANVIER AU JAPON

Le mois de janvier au Japon commence évidemment par le Nouvel An. Attention : si vous voulez faire la fête dans les rues et vous amuser, vous allez vite être déçus, car au Japon, c’est une fête qui se fait principalement en famille. Vous pourrez toujours trouver quelques endroits où faire la fête en allant en club par exemple, mais ce ne sera clairement pas la folie ! Par ailleurs, les premiers jours de l’année voient plein d’établissements fermer leurs portes pour les vacances du Nouvel An : restaurants, boutiques, musées, jardins, etc. Les quelques endroits qui sont ouverts sont pris d’assaut, ce qui fait qu’il y a de la queue partout, même dans les chaînes de restaurants basiques.

De prime abord, le début d’année n’est clairement pas une période qui vend du rêve, mais le Nouvel An au Japon est néanmoins l’occasion de profiter d’une belle animation dans les temples et sanctuaires. Les Japonais s’y rendent pour faire leur première prière de l’année (hatsumode), et on retrouve donc des stands de nourriture, des festivals et des animations. Et pour mieux apprécier cette belle ambiance de nouvelle année, il y a un conseil que je vais certainement répéter tout au long de cet article : sortez des grandes villes ! Partez explorer les régions du pays, car c’est dans la campagne vous vibrerez mille fois plus. Par exemple, je vais personnellement chaque année au Nouvel An dans un tout petit sanctuaire à Gifu, où les locaux viennent se réchauffer au coin du feu et où il y a des distributions gratuites de mochi et de boissons chaudes pour tout le monde. C’est bien plus agréable que de se marcher dessus en se gelant les burnes au temple Senso-ji à Tokyo, toujours trop bondé.

Juste après les vacances du Nouvel An, l’animation continue dans l’ouest du Japon avec Toka Ebisu, une fête dédiée à Ebisu, la divinité des pêcheurs et du commerce. Du 9 au 11 janvier, on retrouve plein de petits festivals qui lui sont dédiés à Osaka, Kyoto, ou encore Fukuoka. Cette fête est néanmoins très peu. présente à l’est du Japon, c’est-à-dire du côté de Tokyo, car une célébration similaire a lieu en novembre (Tori no Ichi).

Quasiment au même moment, le 2e lundi de janvier est Seijin no Hi, un jour férié qui célèbre l’accès à la majorité des jeunes Japonais. Pour l’occasion, on peut voir partout dans les rues des jeunes de 20 ans en kimono durant toute la journée. C’est vraiment très beau à voir, et il y a des endroits où on peut facilement apprécier le spectacle comme par exemple au temple Senso-ji à Tokyo, ou au sanctuaire Heian-jingu à Kyoto.

Mi-janvier, c’est le premier grand tournoi de sumo de l’année qui se déroule à Tokyo. Les grands tournois de sumo ont lieu tous les mois impairs, donc 6 fois dans l’année : en janvier à Tokyo, en mars à Osaka, en mai à Tokyo, en juillet à Nagoya, en septembre à Tokyo, et en novembre à Fukuoka. C’est une superbe activité incontournable à découvrir lors d’un voyage au Japon. Même sans trop maîtriser les règles, on se laisse happer par l’ambiance !

Après cette première moitié de janvier très animée, le reste du mois est beaucoup plus calme. On peut quand même encore profiter des grandes illuminations d’hiver, ou encore de la neige et du ski dans les régions montagneuses. Mais de manière générale, en janvier les paysages sont un peu tristes par rapport au reste de l’année dans les jardins, temples et sanctuaires, et il fait bien froid ! Mais qui dit froid dit poissons bien gras, et c’est donc la meilleure période pour déguster de bons sushi ! Même s’il fait froid, les journées sont généralement très belles avec un soleil qui donne envie de sortir malgré les températures.

AVANTAGES DU JAPON EN JANVIER

  • Le temps est ensoleillé
  • Il y a moins de monde
  • Les prix sont moins chers
  • C’est la meilleure période pour déguster de bons poissons
  • Il y a de la neige dans les montagnes et au nord du pays
  • On peut profiter des illuminations d’hiver
  • Il y a un tournoi de sumo

INCONVÉNIENTS DU JAPON EN JANVIER

  • Il y a de nombreuses fermetures au Nouvel An
  • Les paysages sont un peu plus tristes que le reste de l’année
  • Il fait assez froid
  • Il y a peu de festivals

FÉVRIER AU JAPON

Le mois de février au Japon commence par Setsubun, la fête de l’arrivée du printemps qui se déroule autour du 3 février dans tout le pays. On y chasse les démons, et on peut profiter de plein d’animations dans les temples et sanctuaires de l’archipel pour l’occasion, qui organisent généralement des lancers de graines de soja grillées au public. C’est vraiment une belle fête à vivre : dès le début du mois de février, le printemps est déjà de retour dans les coeurs !

Juste après, c’est la période des festivals de neige qui se tiennent dans le nord du Japon. On ne parle toujours que du festival de neige de Sapporo, sur l’île de Hokkaido, mais il existe des dizaines et dizaines d’autres festivals de neige qui ont lieu dans plein d’endroits différents au nord du pays, particulièrement dans la région du Tohoku. Toute la première moitié du mois de février, ce sont des ambiances féeriques uniques qui réchauffent les cœurs des visiteurs et des locaux ! En février, c’est également la meilleure saison pour faire du ski : il y a de la neige dans toutes les stations (c’est le mois comptant les plus fortes chutes de neige), et on profite là encore de divers festivals et animations.

La seconde moitié du mois de février, ce sont les fleurs qui prennent le relais avec la floraison des pruniers et des kawazu zakura, les cerisiers précoces. Dès le mois de février, on peut en effet profiter de somptueux paysages qui marquent le retour du printemps. Les fleurs de pruniers sont parfois confondues avec celles des cerisiers, mais elles offrent une beauté plus sobre, froide et élégante de mi-février à mi-mars, tandis que les kawazu zakura sont des cerisiers précoces qui fleurissent de mi-février à début mars. Différents festivals sont par ailleurs organisés partout dans le pays pour mettre en valeur ces fleurs.

Février est ainsi une période unique durant laquelle on peut être sous la neige un jour, et le lendemain sous les cerisiers. Les conditions climatiques sont similaires à celles du mois de janvier : il fait très beau, mais assez froid. L’affluence de touristes est quasiment la même qu’en janvier, mais les prix sont peut-être un peu plus chers.

AVANTAGES DU JAPON EN FÉVRIER

  • Le temps est ensoleillé
  • Il y a moins de monde
  • Il y a de la neige dans les montagnes et au nord du pays
  • On profite de la magie des nombreux festivals de neige
  • Les pruniers et cerisiers précoces (kawazu zakura) sont en fleurs
  • On peut encore admirer les illuminations d’hiver (jusqu’au 15 février en général)

INCONVÉNIENTS DU JAPON EN FÉVRIER

  • Les paysages sont un peu plus tristes que le reste de l’année (même si c’est mieux qu’en janvier)
  • Il fait assez froid au début du mois

MARS AU JAPON

Le mois de mars au Japon commence par le Hina Matsuri, la fête des petites filles qui se déroule le 3 mars. Pour l’occasion, on peut voir de jolies poupées (hina ningyo) disposées partout : dans les restaurants, les boutiques, les temples et sanctuaires, les musées, etc. Il y a quelques petits événements pour célébrer cette fête dans certains coins, mais ça reste assez discret et minime. 

Durant la première moitié du mois, on continue de profiter du spectacle des pruniers et des cerisiers précoces en fleurs. À ce moment-là, il n’y a pas encore trop de monde car tout le monde prévoit de venir durant la seconde partie du mois, pour la floraison des cerisiers classiques. C’est donc une belle période, constituant un peu le calme avant la tempête, et il y a plein de jolis coins à admirer en attendant la fameuse saison des cerisiers en fin de mois.

Mi-mars, c’est le grand tournoi de sumo d’Osaka qui se tient durant 2 semaines. Comme toujours, c’est une belle opportunité pour découvrir ce sport de lutte passionnant, et c’est également l’occasion de parcourir la ville passionnante d’Osaka, qui recèle bien des trésors, loin de l’image caricaturale que l’on s’en fait.

À partir de mi-mars, tout le monde est dans l’attente des cerisiers ! Chaque année, on guette les moindre signes annonçant la déferlante rose à venir, et parfois l’attente semble interminable ! Par exemple, en 2024, le début de la saison des cerisiers a eu lieu le 29 mars à Tokyo, alors qu’en 2023, c’était le 14 mars, soit un écart de 2 semaines une année sur l’autre ! Attention : une fois la saison des cerisiers lancée, cela ne veut pas dire qu’on va voir partout des paysages magnifiques sous les sakura… Il faut encore être patient, puisque les cerisiers mettent au moins 6-7 jours pour arriver à la pleine floraison, et ensuite encore 6-7 jours pour la fin de floraison. Ainsi, en 2024, il fallait être à Tokyo autour du 3-6 avril, alors qu’en 2023, tout se passait autour du 21-24 mars !

Cette incertitude peut évidemment décevoir certains voyageurs qui prévoyaient de profiter des cerisiers en fleur, mais qui arrivent finalement trop tôt ou trop tard… Néanmoins, mon conseil est de prévoir large, quitte à être en retard : il vaut en effet mieux arriver trop tard que trop tôt ! Trop tôt, il n’y a rien, juste des bourgeons, tandis que trop tard, on peut profiter de la fin de floraison avec de magnifiques envolées de pétales, et, même si l’on arrive trop tard pour ça, on peut toujours aller dans le nord du Japon pour voir les cerisiers qui eux, commenceront tout juste.

En mars, il fait un beau temps toute la première partie du mois, mais c’est ensuite très pluvieux, notamment à Tokyo. Bien souvent, la beauté des cerisiers est complètement gâchée par le mauvais temps de la fin du mois de mars. Par ailleurs, cette seconde partie du mois est très prisée par les touristes, rendant les prix plus chers, les réservations plus difficiles, et les visites de lieux célèbres moins agréables.

AVANTAGES DU JAPON EN MARS

  • Le temps est agréable la première moitié du mois
  • Les pruniers et cerisiers précoces (kawazu zakura) sont en fleurs
  • Il y a un tournoi de sumo
  • C’est le début de la saison des cerisiers

INCONVÉNIENTS DU JAPON EN MARS

  • Il pleut beaucoup la seconde moitié du mois
  • C’est très touristique en fin de mois
  • Les prix sont plus élevés la seconde partie du mois
  • Il n’y a pas beaucoup de festivals

AVRIL AU JAPON

Le mois d’avril au Japon commence par la folie des cerisiers : que la floraison ait commencé en avance ou en retard, début avril il y a forcément des cerisiers en fleurs ! L’avantage de cette période, c’est que tout devient féerique : on peut prendre n’importe quelle ligne de train et s’arrêter à n’importe quelle station, il y aura de jolis sakura ! Mais il y aura également du monde, début avril étant le pic touristique de l’année… Si j’ai un conseil à donner, c’est de se rendre dans la campagne ! Les cerisiers sont très beaux à Tokyo et dans les grandes villes, mais c’est dans la campagne que leur beauté s’exprime pleinement. La différence est abyssale : à Tokyo y a des centaines de personnes qui s’agglutinent sous 3 cerisiers en fleur, tandis qu’à la campagne, on peut se retrouver tout seul au milieu de milliers de sakura.

Une fois cette fameuse saison des cerisiers terminée, on peut encore prolonger le spectacle et revivre la même chose dans d’autres régions, au nord du pays (Hokkaido et le Tohoku) et dans les montagnes. La floraison des cerisiers s’étend sur quasiment 1 mois : elle commence dans les régions plus chaudes et se répand ensuite dans le nord et les montagnes. Jusqu’à fin avril voire début mai, on peut donc constamment être sous les cerisiers !

Juste après le merveilleux spectacle des sakura, tout s’enchaîne et on se prend des claques à tout va avec les somptueuses couleurs du printemps. On a d’abord les yaezakura, des cerisiers tardifs qui fleurissent juste après les cerisiers classiques. Ensuite, les azalées, de mi-avril à début mai, qui habillent les temples et sanctuaires de leurs jolies couleurs. Quasiment en même temps, ce sont les glycines qui offrent aussi de superbes paysages de mi-avril à début mai. Et enfin, vers la fin du mois, même le sol se pare de couleurs avec les shibazakura, des cerisiers-pelouses d’un rose onirique, et les némophiles qui créent un tapis de bleu envoûtant. Avril, c’est vraiment un mois qui nous en fait voir de toutes les couleurs !

Fin avril, c’est par contre le début de la Golden Week, la plus grande période de vacance de l’année pour les Japonais qui commence le 29 avril, voire avant s’il y a un week-end qui précède. Les transports, les hôtels, les restaurants et les lieux touristiques sont bondés, et il faut vraiment éviter de prendre le train ou la route les premiers et derniers jours de la Golden Week.

De manière générale, en avril il fait un temps radieux et les températures sont idéales ! Peu importe le moment où l’on vient, il y a toujours de belles choses à voir avec les innombrables floraisons colorées du printemps qui sont souvent célébrées et mises en avant par des festivals.

AVANTAGES DU JAPON EN AVRIL

  • Il fait beau
  • C’est la pleine floraison des cerisiers
  • Les cerisiers continuent de fleurir dans le Nord et les montagnes tout au long du mois
  • Il y a de magnifiques couleurs du printemps : yaezakura, azalées, gylcines, shibazakura et némophiles.

INCONVÉNIENTS DU JAPON EN JANVIER

  • La première moitié du mois est très touristique
  • Les prix sont plus élevés en début et en fin de mois
  • La Golden Week débute à la fin du mois

MAI AU JAPON

Le mois de mai au Japon commence par la Golden Week, une dizaine de jours de vacances pour la grande majorité des Japonais : attention à ne surtout pas prévoir des trajets en train ou en voiture au début et à la fin de la Golden Week, car ça peut vraiment être l’enfer ! Même si les transports, les restaurants et les lieux touristiques sont bondés, la Golden Week n’apporte pas que des mauvaises choses : il y a plein de festivals et d’animations durant cette période, notamment pour Kodomo no Hi, la fête des enfants qui se tient le 5 mai. Pour l’occasion, on peut voir flotter partout des décorations en forme de carpes (koinobori) qui permettent de souhaiter du courage, de la persévérance et une belle ascension aux enfants.

Début mai, on peut encore profiter des superbes couleurs du printemps avec la fin des azalées, des glycines, des shibazakura et des némophiles. Ensuite, c’est une période de verdure luxuriante qui prend le relais avec le moment le plus vert de l’année : c’est une saison idéale pour profiter de la nature japonaise ! Tout est d’un vert somptueux, et le temps est parfait : il fait bon sans faire trop chaud ! Les jardins japonais, les montagnes, les villages historiques, les temples et sanctuaires, ou encore les champs de thé : tout paraît vraiment poétique !

Mi-mai, il y a de nouveau un grand tournoi de sumo à Tokyo. Comme chaque mois impair, les combats se déroulent tous les jours durant 2 semaines. D’expérience, je trouve que c’est le mois le plus difficile pour obtenir des places, j’ai l’impression qu’il y a plus de demandes que les autres mois… Donc si vous n’avez pas l’occasion d’y aller, vous pouvez voir un autre type de sumo : le nakizumo, des bébés tenus par des sumo qui doivent pleurer le plus rapidement possible pour remporter le combat. Il y en a toute l’année, partout au Japon, mais c’est au mois de mai qu’on en trouve le plus.

À partir de fin mai, il commence à faire plus chaud et plus humide, et c’est le début de la saison des iris et des hortensias. Si le spectacle des iris peut paraître assez anodin, celui des hortensias réserve en revanche de magnifiques paysages. C’est une fleur que les Japonais adorent et qui se retrouve partout en nombre : plein de jardins, temples et sanctuaires sont célèbres pour leurs paysages colorés par les hortensias.

En mai, le temps est idéal, les journées sont ensoleillées et mettent du baume au coeur avec toutes les couleurs et la verdure intense. À partir du mois de mai, c’est aussi la haute saison des festivals : il y en a tous les week-ends partout, c’est le moment des matsuri de printemps pour accompagner la plantation du riz qui a généralement lieu en mai et juin.

AVANTAGES DU JAPON EN MAI

  • La météo est idéale
  • On profite encore des superbes couleurs du printemps
  • C’est le moment le plus vert de l’année
  • Les prix sont avantageux une fois la Golden Week passée
  • C’est le début de la saison des iris et des hortensias
  • Il y a beaucoup de festivals

INCONVÉNIENTS DU JAPON EN MAI

  • Beaucoup de lieux sont bondés au début du mois
  • Les prix sont plus élevés durant la Golden Week

JUIN AU JAPON

Le mois de juin au Japon, c’est une période que beaucoup cherchent à éviter car on lui colle toujours une image de saison des pluies… Pourtant, c’est une magnifique période pour découvrir le Japon, et c’est surtout en juillet que la pluie s’abat sur l’archipel. En juin, on continue de profiter de la floraison des iris et des hortensias, et la verdure fraîche du printemps réserve toujours de magnifiques paysages.

Le mois de juin est également la période de plantation du riz, ce qui en fait donc le meilleur moment pour admirer les rizières japonaises qui sont alors gorgées d’eau et très esthétiques, notamment quand elles sont en terrasses, les unes sur les autres. On n’y pense pas toujours, mais les rizières offrent de superbes spectacles à admirer dans la campagne japonaise, notamment au lever et au coucher du soleil. À noter que pour célébrer la plantation du riz, quelques festivals sont organisés dans certains lieux.

De début à mi-juin, c’est la saison des lucioles : il y a plein d’endroits où l’on peut venir admirer ce spectacle onirique, même à Tokyo, mais l’idéal reste de se rendre dans la campagne japonaise. Un spectacle merveilleux vous attend avec des milliers de lucioles qui éclairent les nuits de juin.

À partir de mi voire fin juin, c’est finalement la saison des pluies ! Cela peut faire peur, mais saison des pluies, ça ne veut pas dire qu’il pleut sans arrêt tous les jours ! En général, on dit qu’il pleut environ 1 jour sur 2 durant cette période. Et les jours où il ne pleut pas, il fait généralement un temps magnifique. Même lorsqu’il pleut, le Japon présente l’avantage de ne pas être une destination dépendante de la météo (sauf Okinawa), ce qui fait que l’on peut tout à fait profiter du pays sous la pluie. Certains lieux deviennent même encore plus beaux, comme certains sanctuaires qui sont plongés dans une ambiance mystique, des jardins qu’on admire depuis une maison de thé avec un matcha bien chaud, ou encore un bon resto de ramen de derrière les fagots qu’on savoure pendant qu’il pleut des trombes dehors !

AVANTAGES DU JAPON EN JUIN

  • Il fait un beau temps au début du mois
  • C’est toujours le moment le plus vert de l’année
  • C’est la saison des iris et des hortensias
  • Les rizières sont gorgées d’eau
  • C’est la saison des lucioles
  • Il y a beaucoup de festivals

INCONVÉNIENTS DU JAPON EN JUIN

  • À partir de la seconde moitié du mois, c’est la saison des pluies
  • Il commence à faire assez chaud et humide

JUILLET AU JAPON

Le mois de juillet au Japon commence sous la pluie : on est en plein durant la saison des pluies, et ça dure bien souvent jusqu’au 15-20 juillet. Comme je l’ai expliqué plus haut, cela ne veut pas dire qu’il pleut tout le temps ni tous les jours : cela ne concerne qu’environ 1 jour sur 2. Mais avec l’humidité et la chaleur qui s’installent, ce ne sont pas non plus les meilleures conditions pour profiter du pays. 

Le début du mois est marqué par le Tanabata Matsuri, la fête des étoiles qui se déroule autour du 7 juillet. Pour l’occasion, des festivités sont organisés dans plein de temples, sanctuaires et rues commerçantes. On retrouve également plein de décorations pour l’occasion, et cette marque un peu le début des innombrables festivals d’été qui feront transpirer l’archipel. Certains festivals dédié à Tanabata ont cependant lieu fin juillet, voire début août.

Début juillet, c’est l’ouverture de la période d’ascension du mont Fuji : du 1er juillet au 10 septembre, on peut partir sur les chemins de Fujisan. C’est une randonnée qui devient de plus en plus prisée chaque année, mais elle réserve de magnifiques aventures et mon conseil est de faire l’ascension depuis le point zéro du mont Fuji. La montée prend 12 heures de marche au lieu de 6 heures depuis la 5e station (le point de départ de quasiment tous les voyageurs), mais c’est une toute autre expérience qui vous attend !

À partir de juillet, on entre dans la très haute saison des festivals : ce n’est plus tous les week-ends, mais plusieurs fois par semaine qu’on retrouve de chaleureux matsuri qui enflamment l’été japonais. Il y a énormément d’événements partout à travers le Japon, dans n’importe quel quartier, n’importe quel village. Ce sont souvent des festivals de danse Bon Odori (danse en communion pour la fête des ancêtres), des fêtes locales où tout le monde vient danser autour d’une grande scène : c’est vraiment magique à vivre !

Mi-juillet, c’est le grand tournoi de sumo de Nagoya, qui dure comme les autres chaque jour durant 2 semaines. C’est sûrement le tournoi le moins prisé, donc c’est plus facile de trouver des places en général, et c’est l’occasion de découvrir la ville de Nagoya, où personne ne sait quoi faire. On dit tout le temps qu’il n’y a rien là-bas mais si on cherche un peu, il y a de quoi passer un beau séjour !

Une fois la saison des pluies terminée, c’est la forte chaleur qui prend le relais et qui vient s’associer à l’humidité qui était déjà présente : il fait très lourd l’été au Japon ! Les transports bondés le matin deviennent une véritable fournaise infernale… Mais si on s’organise bien, on peut tout à fait profiter du Japon sans crever de chaud : mon conseil, c’est de se lever très tôt afin de profiter de la belle lumière du matin pour faire des visites quand il ne fait pas encore trop chaud (ce qui permet en plus d’éviter les foules). Ensuite, durant la journée, on reste tranquille en s’arrêtant dans des petits restos et cafés pour se reposer à l’ombre et reprendre des forces avant de ressortir le soir pour participer aux nombreux festivals qui animent les villes et campagnes.

En été, c’est la saison des lotus et des tournesols. On retrouve ainsi quelques événements pour célébrer cette occasion, même s’il s’agit d’un spectacle plus anodin que les floraisons des mois précédents. Certains lieux peuvent néanmoins valoir le déplacement !

À partir de fin juillet, c’est aussi la période des feux d’artifice, qui sont très beaux et surtout très longs au Japon, puisqu’ils durent facilement 1 ou 2 heures. On prend à manger dans les stands de nourriture et on se pose pour admirer le spectacle… ou presque, car pour certains événements, il y a tellement de monde que ça sert à rien de s’embêter à attendre… Je pense notamment au grand feu d’artifice sur la rivière Sumida à Tokyo fin juillet : les Japonais réservent leur espace tôt le matin, donc on se retrouve bien souvent à voir juste un bout du spectacle à moitié caché derrière les bâtiments. Pour mieux profiter des feux d’artifice japonais, il faut se rendre dans la campagne, dans des événements plus locaux, où on peut même parfois admirer des feux d’artifice traditionnels lancés à la main (tezutsu hanabi).

AVANTAGES DU JAPON EN JUILLET

  • L’ascension du mont Fuji est possible
  • Il y a un tournoi de sumo
  • C’est la très haute saison des festivals
  • C’est la saison des lotus et des tournesols
  • C’est la période des feux d’artifice
  • Les plages sont animées

INCONVÉNIENTS DU JAPON EN JUILLET

  • La saison des pluies s’étend sur toute la première moitié du mois
  • Il fait très chaud et humide
  • C’est le mois le plus touristique de l’année
  • Les prix sont élevés

AOÛT AU JAPON

Le mois d’août au Japon commence par les grands festivals d’été du Tohoku, la région au nord de l’île principale du Japon. Toute la première moitié du mois, on peut facilement compter une vingtaine de grands matsuri là-bas. C’est quelque chose de génial à voir, surtout que c’est dans une région qui est peu touristique en temps normal, ce qui offre ainsi l’occasion de découvrir ses trésors.

Mi-août, c’est la période d’O-Bon, la fête des ancêtres qui se tient entre le 13 et le 16 août. C’est l’apogée de l’été japonais : il y a des festivals partout, une animation de jour comme de nuit, avec notamment des danses magnifiques à voir et très touchantes. N’hésitez pas à y prendre part, le but n’étant pas de regarder ça de loin en prenant les gens en photo, mais de pleinement participer à la fête ! Les matsuri sont en effet le meilleur moyen de ressentir un peu l’âme des Japonais et d’aller à leur rencontre. La période d’O-Bon est magnifique pour cela, mais attention : c’est une grande période de vacances pour les Japonais donc les transports et les réservations sont compliquées à ce moment-là. Il vaut mieux éviter de prendre le train entre le 12 et le 16 août !

Le reste du mois est encore rempli de festivals. Le mois d’août est clairement le mois où il y a le plus d’événements de toute l’année. Impossible de s’ennuyer ou de ne pas savoir quoi faire ! On peut également toujours partir à l’aventure sur les chemins du mont Fuji. Par contre, à partir de mi-août, c’est une période où il peut y avoir des typhons, ce qui fait que le temps peut être assez instable.

AVANTAGES DU JAPON EN AOÛT

  • L’ascension du mont Fuji est possible
  • C’est la très haute saison des festivals
  • C’est la période des feux d’artifice
  • C’est encore la saison des tournesols
  • Les plages sont animées
  • La fête d’O-Bon est l’apogée de l’été japonais

INCONVÉNIENTS DU JAPON EN AOÛT

  • Il fait très chaud et humide
  • C’est un mois assez touristique
  • Les prix sont assez élevés
  • Beaucoup d’endroits sont bondés durant la période d’O-Bon

SEPTEMBRE AU JAPON

Après un été très lourd, le mois de septembre au Japon reste chaud mais est déjà bien plus supportable : ça fait du bien ! Même si ce n’est pas du tout une période attirante de prime abord, septembre un mois très animé, entre les derniers festivals d’été et les premiers festivals d’automne : il y a des événements tous les week-ends !

Début septembre, c’est encore possible de faire l’ascension du mont Fuji, puisque la saison se termine le 10 septembre. À ce moment-là, il y a d’ailleurs généralement moins de monde qu’en juillet et août et la chaleur est moins intense, donc c’est une bonne période pour partir sur les chemins de Fujisan.

Mi-septembre, c’est Tsukimi, la fête de la Lune, une célébration assez sobre et discrète, mais qui propose néanmoins quelques jolis festivals plus calmes et culturels, avec notamment de la musique traditionnelle ou du théâtre qui sont proposés au public.

Du 2e au 4e dimanche de septembre, comme tous les mois impairs, c’est le grand tournoi de Sumo qui se déroule une nouvelle fois à Tokyo. Comme toujours, c’est l’occasion de vivre un moment unique et de découvrir ce sport de lutte fascinant.

De mi à fin septembre, c’est la période des higanbana, de jolies fleurs toutes rouges qu’on connaît beaucoup moins que les cerisiers, les pruniers, ou encore les hortensias, mais que les Japonais apprécient beaucoup en ce début d’automne. On retrouve donc des festivals qui leur sont dédiés dans certains lieux connus pour leurs higanbana, et ça vaut le détour !

Le mois de septembre est très doux et agréable, parce qu’il fait bon sans être trop humide, il y a un beau soleil et beaucoup moins de touristes qu’en été, donc on peut mieux profiter des visites. Par contre, c’est la saison des typhons : concrètement, 2 ou 3 fois dans le mois, il y a une grosse journée de pluie avec beaucoup de vent, et on évite de sortir à ce moment-là. Mais dès le lendemain il fait un temps radieux, les jours qui suivent un typhon étant justement connus pour être magnifiques.

À noter qu’autour du 20 septembre, il y a 2 jours fériés assez proches qui peuvent parfois créer une période de 5 jours de vacances en fonction des années. On appelle cela la Silver Week : ce n’est pas tous les ans, mais il y a quand même au minimum 2 week-ends de 3 jours qui sont bondés durant la seconde moitié du mois.

AVANTAGES DU JAPON EN SEPTEMBRE

  • L’ascension du mont Fuji est possible jusqu’au 10 septembre
  • La météo est douce et agréable
  • C’est un des mois les moins touristiques
  • Les prix sont moins élevés
  • Il y a beaucoup de festivals
  • Il y a un tournoi de sumo
  • C’est la saison des higanbana

INCONVÉNIENTS DU JAPON EN SEPTEMBRE

  • C’est la saison des typhons
  • Il y a 2 week-ends bondés (voire plus) autour du 20 septembre

OCTOBRE AU JAPON

Le mois d’octobre au Japon, c’est celui de la gourmandise : il y a des spécialités à goûter toute l’année au Japon, mais l’automne est vraiment la saison des gourmets, particulièrement le mois d’octobre qui est celui des récoltes. Plein de douceurs salées et sucrées vous attendent, avec par exemple de la patate douce, du potimarron, de la châtaigne, mais aussi d’excellents poissons d’automne. C’est aussi une période assez culturelle, où y a encore plus d’expositions que d’habitude dans les musées.

En octobre, on est sur la fin de la haute saison des festivals, qui avait commencé en mai. Partout dans le pays, on trouve plein de festivals d’automne qui célèbrent les récoltes, il y a des événements tous les week-ends qui offrent de merveilleux moments à vivre.

Attention : beaucoup s’attendent à voir les couleurs de l’automne en octobre, mais dans la majeure partie du pays, il n’y a encore rien du tout, et il faudra attendre le mois de novembre. Avant cela, on a quand même de jolis paysages avec la saison des cosmos, des kochias ou encore les herbes d’automne (susuki).

Si vous tenez quand même à voir les magnifiques paysages d’automne, c’est possible mais il faudra pour cela vous rendre au nord du pays et dans les régions montagneuses, où l’on peut justement profiter de ce spectacle en avance, durant la seconde moitié du mois.

Et fin octobre, c’est bien sûr Halloween, une fête qui attire désormais des gens du monde entier au Japon. Ça peut être sympa le soir dans certains quartiers animés, mais j’ai l’impression que l’apogée de Halloween au Japon est passé, et que ça tend à être de moins en moins fêté… Il y a malheureusement eu plein de soucis avec cette fête : des débordements, et surtout beaucoup trop de monde rassemblé aux mêmes endroits, donc maintenant ça devient juste un grand rassemblement de touristes déguisés.

AVANTAGES DU JAPON EN OCTOBRE

  • La météo est douce et agréable
  • Il y a plein de festivals
  • C’est la saison des cosmos et des kochias
  • On peut profiter des couleurs d’automne au nord du Japon et dans les montagnes
  • Les excellentes spécialités d’automne sont partout

INCONVÉNIENTS DU JAPON EN OCTOBRE

  • C’est encore la saison des typhons au début du mois
  • Il y a beaucoup de monde à la fin du mois
  • Halloween commence à devenir surcoté

NOVEMBRE AU JAPON

Le mois de novembre au Japon, c’est celui des somptueuses couleurs d’automne. À Tokyo et dans la majeure partie du pays, c’est plutôt vers la fin du mois, mais avant ça, on peut déjà profiter du spectacle dans les régions montagneuses. Donc tout au long du mois, on peut être constamment sous les feuilles d’automne et ce, du matin au soir, puisqu’il y a plein d’illuminations nocturnes d’automne dans les temples, parcs et jardins.

Il y a moins de festivals que durant les mois précédents, mais il y a quand même quelques fêtes intéressantes, comme par exemple les bunkasai, les fêtes des écoles des universités qui se tiennent quasiment toutes autour du 3 novembre, un jour férié dédié à la culture. N’importe qui peut y aller, cela permet de découvrir des écoles japonaises, et il y a toujours une très belle ambiance.

Mi-novembre, c’est le dernier grand tournoi de sumo de l’année qui se tient à Fukuoka. C’est l’occasion idéale pour découvrir la région de Kyushu, qui est d’ailleurs particulièrement superbe sous ses dégradés de couleurs automnales.

Mi-novembre, c’est également la période de Shichi Go San, une fête qui célèbre les enfants de 3, 5 et 7 ans. Pour l’occasion, on peut croiser un peu partout des enfants vêtus de magnifiques kimono qui habillent les rues, c’est toujours très agréable à admirer.

En novembre, il y a la fête Tori no Ichi, des sortes de foires durant lesquelles on achète de grands porte-bonheurs (kumade) pour s’attirer de la réussite au travail durant l’année à venir. Ce sont des événements qui ont lieu à 2 ou 3 reprises dans le mois (ça dépend des années), le jour du coq en novembre, c’est-à-dire à un intervalle de 12 jours. Ces festivals sont assez simples mais j’adore leur ambiance, il y a un côté un peu mélancolique de fin d’année qui approche…

À partir du 20-25 novembre, c’est finalement la période parfaite pour apprécier les couleurs d’automne dans la majeure partie du pays, avec de somptueux dégradés de rouge, d’orange, de jaune et de vert. Cette saison présente en plus l’avantage d’être moins prisée que celle des cerisiers. Les parcs, jardins, temples et sanctuaires deviennent de véritables tableaux vivants. Surtout, des illuminations nocturnes d’automne sont souvent mises en place, permettant de prolonger la magie jusqu’au soir.

AVANTAGES DU JAPON EN NOVEMBRE

  • La météo est agréable
  • Les couleurs d’automne sont partout
  • Les paysages sont somptueux
  • On profite de merveilleuses illuminations d’automne
  • C’est la période des bunkasai (fêtes des écoles)
  • Il y a un tournoi de sumo
  • On continue d’apprécier les délicieuses spécialités d’automne
  • C’est une période moins touristique

INCONVÉNIENTS DU JAPON EN NOVEMBRE

  • Il y a un peu moins de festivals
  • C’est une période idéale qui va devenir de plus en plus populaire

DÉCEMBRE AU JAPON

Le mois de décembre au Japon commence par les couleurs d’automne : dans la majeure partie du pays, la période des feuilles d’automne commence fin novembre et se termine en décembre, ce qui fait que l’on peut généralement encore profiter de la magie jusqu’au 10-12 décembre. La fin de l’automne offre notamment de superbes paysages, avec de véritables tapis de feuilles colorées au sol. Les illuminations nocturnes, quant à elles, se poursuivent également jusqu’à début décembre.

À partir de la seconde moitié du mois, c’est l’hiver qui prend le relais : les températures commencent à chuter, et les paysages deviennent un peu plus tristes. On peut tout de même apprécier les jolies illuminations d’hiver mises en place dans les quartiers animés, ou encore certains parcs qui se transforment en lieux romantiques de fin d’année.

En décembre, il est également possible d’être sous la neige en se rendant tout au nord du Japon et dans les zones montagneuses. Il peut être intéressant de faire du ski, les pistes étant alors bien moins bondées qu’en janvier ou février, mais il vaut mieux se rendre sur l’île de Hokkaido pour ça, la neige étant assez importante

En fin de mois, c’est la période de Noël, qui ne vaut pas forcément le coup au Japon. Il n’y a rien de spécial, et les marchés de Noël ne valent vraiment pas le coup : ils sont très petits, proposent tous les mêmes choses, et il y a énormément de monde. Noël au Japon se fête essentiellement en famille, en couple, ou entre amis. Il n’y a pas d’événement particulier pour l’occasion.

Enfin, ce sont les vacances de fin d’année qui viennent clôturer ces 12 mois ! À partir du 28-29 décembre, plein d’endroits ferment, que ce soient les restaurants, les boutiques, les musées, ou encore les jardins. Ce n’est clairement pas une période idéale pour voyager et visiter le pays. Le 31 décembre au soir, les Japonais se rendent dans les temples et sanctuaires pour atteindre la nouvelle année et le nouveau marathon de 12 mois qu’elle apporte.

AVANTAGES DU JAPON EN DÉCEMBRE

  • Il fait un beau temps
  • On profite de la fin de l’automne
  • Il y a de jolies illuminations d’hiver
  • On peut être sous la neige et faire du ski dans certaines régions
  • C’est une période un peu moins touristique

INCONVÉNIENTS DU JAPON EN DÉCEMBRE

  • Beaucoup d’endroits sont fermés pour les vacances de fin d’année
  • Les paysages sont plus tristes la seconde moitié du mois
  • Il y a peu de festivals

CE QUI EST LÀ TOUT AU LONG DE L’ANNÉE

On vient de voir qu’en fonction de la période à laquelle on voyage au Japon, on vit des aventures complètement différentes, le pays se redécouvrant littéralement chaque mois. Mais il y a aussi des choses qui se retrouvent tout au long de l’année et dont on peut profiter, peu importe la saison à laquelle on part. Voici donc une liste d’activités et d’idées de visites qui peuvent s’apprécier tout au long de l’année :

  • Les onsen, ces fameuses sources chaudes qui, bien que très agréable dans le froid hivernal, sont une activité incontournable lors d’un voyage au Japon, peu importe la saison.
  • Les temples et sanctuaires, très dépaysants et offrant des visites fascinantes, parfois mystiques et poétiques.
  • La cuisine japonaise, qui propose des spécialités saisonnières, mais aussi régionales. Avec ses 47 préfectures, les spécialités locales nippones ont de quoi surprendre tous les palais !
  • Les jardins japonais, qui évoluent au fil des saisons, mais conservent toujours un charme indéniable.
  • La vie nocturne, qui continue de battre son plein même dans le froid hivernal. Avec ses néons et son activité parfois mystérieuse, ce sont des soirées de brigands qui vous attendent !
  • Les musées, très nombreux et variés au Japon. Il existe une offre pléthorique, qu’il s’agisse de musées en intérieur ou en extérieur.
  • Les activités artisanales et traditionnelles, un moyen de se plonger dans la culture japonaise et de faire des rencontres.
  • Les nuits dans des ryokan, les fameuses auberges traditionnelles japonaises qui plongent les voyageurs dans une ambiance onirique et un confort dont les braves se délectent.

Je vous propose un exemple avec une sortie dans la ville de Kawazu, sur la péninsule d’Izu (préfecture de Shizuoka). On y trouve Amagisou, un ryokan qui propose des onsen mixtes exceptionnels au pied d’une énorme cascade. Juste à côté, le café Nanadaru Chaya sert la grande spécialité du coin : le wasabidon, un bol de riz surmonté de bonite séchée sur lequel on râpe du wasabi. Un peu plus loin, Higurashi est une véritable pépite secrète : c’est un restaurant caché au milieu d’une bambouseraie tenu par un vieux sage qui réalise des tableaux en utilisant de vieux journaux. La nourriture est excellente, le cadre est ghibliesque, et le couple de gérants est adorable !

LES MEILLEURES ET PIRES PÉRIODES POUR VOYAGER AU JAPON

Comme on vient de le voir, chaque mois a un charme différent, offrant de belles découvertes, et en plus de cela, le Japon a plein de choses à proposer tout au long de l’année, peu importe la saison… Il n’y a donc pas de mauvais choix ! Malgré tout, on a tous nos préférences, et je vais donc maintenant vous dévoiler les saisons que je préfère, et celles que je recommande moins. Rassurez-vous : ce ne sont que mes goûts, et vous aurez toujours de quoi vivre un superbe voyage, peu importe les dates auxquelles vous partirez !

LES 4 PÉRIODES QUE JE PRÉFÈRE

  • Le mois de février : de la neige et de superbes floraisons au même moment.
  • De mi-mai à début juin : une période d’une grande douceur, avec une verdure intense et plein de festivals.
  • Le mois de novembre : de somptueuses couleurs d’automnes qui se subliment à travers des illuminations.
  • De début à mi-novembre : la beauté de la fin de l’automne et la neige dans les régions au Nord.

LES 4 PÉRIODES QUE JE RECOMMANDE MOINS

  • De mi à fin janvier : période de froid durant laquelle les paysages sont moins beaux et les festivals peu nombreux.
  • De fin avril à début mai : de très belles choses à voir, mais beaucoup de lieux bondés durant la Golden Week.
  • De début à mi-juillet : la saison des pluies, la chaleur, l’humidité et beaucoup d’affluence touristique.
  • Fin décembre : une période un peu morte, avec les fêtes de fin d’année qui présentent peu d’intérêt pour des voyageurs.

Voilà, j’espère que ce long article complet vous sera utile et vous permettra de bien organiser vos prochains voyages ! Pour en savoir plus sur le sujet, n’hésitez pas à vous servir de mon livre 72 saisons du Japon, ainsi que de mon e-book interactif 600 festivals du Japon – L’encyclopédie des matsuri !

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. DUFOUR Hélène
    4 juillet 2024

    Guyguysan……je devais venir 2 mois en 2026……j’ai prolongé à 3mois et maintenant je veux y vivre! tellement tout ce que tu nous montre est beau!
    Vraiment je deviens fan du Japon et j’ai hâte d’y être ! ICHIBAN JAPAN
    Merci Guyguysan⛩️

  2. lepavillondort
    29 juin 2024

    La miniature torse-poil, et 50 minutes, mais t’arrêtes le temps avec tes histoires !!