VOIR UN ENTRAÎNEMENT DE SUMO GRATUIT

Lorsqu’on pense à un pays ou une culture , il y a toujours plusieurs clichés qui composent l’image collective et stéréotypée que l’on se fait du pays. Concernant le Japon, on a bien sûr les Geisha, Ninja, Samurai ou encore Sushi et, au milieu de tout ça, le Sumo.

Aller voir un tournoi de Sumo au Japon, c’est donc une activité que beaucoup de voyageurs aimeraient faire. J’avais assisté au Kyushu Basho, le grand tournoi de Sumo qui se déroule chaque année en novembre à Fukuoka, et c’était une superbe expérience, très impressionnante !

Il existe en fait 6 grands tournois de Sumo qui se déroulent chaque année au Japon :

  • Janvier : Tokyo
  • Mars : Osaka
  • Mai : Tokyo
  • Juillet : Nagoya
  • Septembre : Tokyo
  • Novembre : Fukuoka

Mais ce n’est pas toujours simple d’obtenir des places car les tournois sont souvent très prisés et ça peut représenter un budget conséquent…

tournoi de sumo
Kyushu Basho, le grand tournoi Sumo de Fukuoka

VOIR UN ENTRAÎNEMENT DE SUMO, C’EST GRATUIT !

Heureusement, il existe une alternative aux tournois : les Heya. Ce que l’on appelle Heya, ce sont les endroits où les Rikishi (lutteurs de Sumo) vivent et s’entraînent (on traduit généralement Heya par écurie). Plusieurs de ces écuries sont ouvertes au public et ce, pour la somme totale de 0 yen (ce qui équivaut à environ 0€) ! #GuiguiMathématicienPourVousServir

Attention : les Heya sont uniquement accessibles en dehors des périodes de tournoi. De plus, elles observent toutes des règles différentes. Certaines acceptent les visiteurs, d’autres n’acceptent que les Japonais et étrangers accompagnés de Japonais et d’autres n’acceptent pas les femmes (c’était assez fréquent auparavant mais maintenant cette interdiction est devenue rare).

entrainement sumo
Le maître et les spectateurs au calme sur le Tatami

COMMENT ASSISTER À UN ENTRAÎNEMENT DE SUMO ?

Pour pouvoir assister à un entraînement de Sumo, il faut vous assurer que vous êtes le bienvenu. Pour cela, je vous recommande très fortement de réserver la veille de votre venue par téléphone (en japonais si vous pouvez, ou bien si quelqu’un peut le faire pour vous).

Comme toutes les Heya ne sont pas forcément ouvertes aux visiteurs (et encore moins aux étrangers), voici quelques pistes avec des Heya qui normalement pourront vous accepter :

  • Tamanoi-beya, la Heya que j’ai justement visitée après avoir réservé en japonais la veille au téléphone.
  • Tomozuna-beya, une Heya qui permet de faire une réservation par e-mail et en anglais
  • Arashio-beya, une Heya avec une page explicative en anglais.
  • L’annuaire de Dosukoi qui recense les contacts de nombreuses Heya.
combat sumo
Un combat très intense…

UN ENTRAÎNEMENT DE SUMO, C’EST COMMENT ?

C’est tôt, très tôt ! #LeSumoAppartientÀCeuxQuiSeLèventTôt
Là encore, tout dépend des Heya mais on vous demandera bien souvent d’arriver avant 8 heures du matin (parfois 6 ou 7 heures).

Pour ma part, j’avais rendez-vous à la Tamanoi-beya à 8 heures (à 10 minutes de marche depuis la station Nishiaraidaishi-nishi). La séance s’est ensuite déroulée jusqu’à 11 heures. Ça peut paraître long mais le temps s’écoule très rapidement car le spectacle est vraiment fascinant !

Il y a dès l’instant où l’on pénètre la salle d’entraînement une sorte d’aura, bien plus que ce que ce que j’avais pu ressentir lors du tournoi… On m’a ensuite guidé vers les Tatami en m’offrant un verre de thé et j’ai ainsi observé l’entraînement dans le plus grand des calmes.

L’entraînement est très intense, strict, et les Rikishi vont jusqu’au bout d’eux-mêmes. J’en ai vu un qui est parti vomir suite à un combat terrible. Les Rikishi ont combattu les uns après les autres, le gagnant restant toujours dans le Dohyo (ring de combat).

Ensuite, j’ai eu le droit à une confrontation entre les Rikishi classés deuxième et troisième de l’écurie (le premier étant l’entraîneur qui était en tenue mais n’a pas participé physiquement à l’entraînement). Ils se sont affrontés une bonne dizaine de fois de suite et le numéro 2 a gagné tous les combats. Il a également combattu un à un tous les autres Rikishi de la Heya, toujours sans perdre une seule fois… Impressionnant !

rikishi
Le numéro 2 (à gauche) contre le numéro 3 (à droite)

LES RÈGLES À RESPECTER LORS DE LA VISITE D’UNE HEYA

Visiter une Heya pour voir un entraînement de Sumo, c’est gratuit mais cela exige une attitude irréprochable de votre part, attention à surtout bien respecter ces règles :

  • Interdiction de parler (même de chuchoter) durant l’entraînement. Oui, vous ne pourrez pas parler pendant plusieurs heures mais vous n’êtes pas là pour rigoler.
  • Interdiction de manger ou de boire quoi que ce soit en dehors du thé que l’on peut vous servir.
  • Interdiction d’utiliser le flash d’un appareil photo. Souvent, on vous laissera prendre des photos et filmer mais le flash n’est pas autorisé.
  • Mettre son téléphone en silencieux, évidemment…
  • Rester assis à la place que l’on vous a indiquée, ne pas se lever pour prendre des photos par exemple (vous pouvez quand même aller aux toilettes, hein).
  • Marquer votre respect au maître et aux Rikishi en vous inclinant en arrivant et en quittant la salle d’entraînement.
  • Vous ne pourrez évidemment pas fouler le Dohyo (ring de combat) qui est considéré comme sacré ni même la salle d’entraînement, vous resterez sur les Tatami.
voir du sumo
Voir du Sumo, c’était une très belle expérience

La visite d’une écurie de Sumo, c’est donc un très bon plan car c’est gratuit et ça permet de vivre une expérience exceptionnelle ! Il faut par contre trouver la bonne Heya et surtout bien respecter les règles en se faisant le plus discret possible afin de ne pas perturber la séance… mais une fois que c’est fini, les Rikishi se relâchent et ils sont même venus vers moi pour me proposer de faire une photo ! :)

Lien vers ma vidéo Facebook sur cet entraînement de Sumo

PARTAGER
Voyageur qui aime les contrastes et nuances, j'ai démarré le projet Ichiban Japan car je souhaitais faire découvrir plusieurs Japon en partant à la rencontre des Japonais.

8 Commentaires

  1. Intéressant et très bon plan !
    Bon peu être pas simple pour un touriste, sans aide en japonais.

    Faut trop que j’essaye de m’organiser ça un jour… L’univers sumo étant tellement intéressant je trouve, ça doit être dingue d’accéder à une « écurie » comme ça :o

    Je pense que très peu de japonais sont au courant de ces accès aux entraînements également.

  2. C’est pas un truc que j’avais vraiment prévu de voir mais c’est vrai que ça doit être assez impressionnant!
    Super article si ce n’est que j’ai quand même du réfléchir combien sa coûtait en franc suisse… nan vraiment top!

  3. Guigui c’est fou, on pensait aller voir un match ou un entrainement de sumo pendant notre séjour (qui est super bientôt) à Tokoy justement et bing bong tu mets un article héhéhéhéhé… Si c’est pas de la télépathie ça ; )

    Je vais surement essayée d’y aller un matin.

    Merci oh grand Maître Guigui : )

  4. Je suis allé voir la grande finale il y a 15 jours avec Nabe au menu juste en face de l’arène à Ryogoku, je pense qu’un entraînement ne serait pas de refus à aller voir : ce sera plus ambiance « sacrée » que pendant le match où l’ambiance était plus « famille », ce qui est étonnant au départ, mais très drôle au final. Merci pour cet article complet de qualité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here