Aujourd’hui, je vous emmène à l’aventure sur les chemins du mont Fuji en partant du point zéro, tout en bas de la montagne : la même route qu’empruntaient autrefois les pèlerins qui venaient faire l’ascension. 

FUJISAN, SYMBOLE DU JAPON

Fujisan, ça évoque beaucoup de choses, aussi bien pour les Japonais que pour les étrangers. C’est le plus haut sommet du pays, un volcan actif, même si la dernière éruption date d’il y a plus de 300 ans, et il possède une forme caractéristique, parfaitement symétrique sans aucune autre montagne autour, c’est juste un mont unique. On peut donc facilement comprendre le fait qu’il soit devenu une source d’inspiration spirituelle et artistique.

C’est un thème omniprésent dans les arts japonais, notamment les fameuses estampes, avec par exemple une série entière qui lui est dédiée : Les trente-six vues du mont Fuji de Katsushika Hokusai.

hokusai fujisan
L’aurore à Isawa dans la province de Kai – Katsushika Hokusai

FUJIKO, LA RELIGION QUI VÉNÈRE LE MONT FUJI

Fujisan est à la fois sacré dans le shintoïsme et le bouddhisme, mais est également vénéré en tant que divinité par un courant religieux appelé Fujiko. Durant l’époque d’Edo, c’était très répandu : il y avait beaucoup de Fujiko, et ils se rendaient au Mont Fuji depuis Edo à travers un pèlerinage de 8 jours. C’est justement ce qui a commencé à populariser l’ascension de Fujisan.

De nos jours, les Fujiko sont de moins en moins nombreux, ce sont surtout des descendants de familles de Fujiko qui tentent de préserver la tradition, et on peut les voir lors d’événements liés au Mont Fuji, comme par exemple l’ouverture et la fermeture de la période d’ascension qui sont marquées par des rituels.

fujiko
Des Fujiko lors d’un événement à Fujiyoshida.

LA CÉRÉMONIE D’OUVERTURE DE L’ASCENSION DU MONT FUJI

Chaque année le 30 juin, de nombreux sanctuaires à travers tout le pays observe un rituel de purification de mi-année appelé Nagoshi no Harae, qui consiste notamment à traverser un grand anneau sacré pour se laver des péchés accumulés durant les 6 premiers mois de l’année. Au sanctuaire Kitaguchi Hongu Fuji Sengen-jinja, dans la ville de Fujiyoshida, qui constitue le point zéro de l’ascension traditionnelle du mont Fuji, ce rituel est suivi de la cérémonie d’ouverture de l’ascension de Fujisan, qui commencera le lendemain 1er juillet et ce, jusqu’au 10 septembre. Pour l’occasion, des Fujiko viennent de tout le pays, et la ville les met à l’honneur à travers diverses danses et animations.

fujisan yamabiraki
L’ouverture de la saison d’ascension du mont Fuji le 30 juin.

OSHI NO IE, LES AUBERGES TRADITIONNELLES AU PIED DU MONT FUJI

Autrefois, lorsque les Fujiko arrivaient au pied du mont Fuji, ils en profitaient pour passer la nuit dans des Oshi no Ie, des auberges tenues par des Oshi, des guides religieux spécialistes du Mont Fuji qui les accompagnaient durant l’ascension en prenant soin de leurs affaires et en transportant les repas. Toutes situées sur la même route, ces Oshi no Ie étaient autrefois au nombre de 86, mais il n’en reste plus que 5 encore en activité aujourd’hui. Les Fujiko continuent de s’y rendre et d’y passer la nuit à chaque fois qu’ils vont faire l’ascension.

J’ai déjà pu passer la nuit dans 3 Oshi no Ie : Kikuyabo, Fugaku Wood Works x Hitsuki et Tsutsuya. Dormir dans ces auberges est un véritable bon plan, car la nuit est très abordable en plus de constituer un hébergement original et chargé d’histoire.

kikuyabo fujiyoshida
Kikuyabo, une Oshi no Ie encore en activité aujourd’hui.

LE MONT FUJI DEPUIS LE POINT ZÉRO

Du 1er juillet au 10 septembre chaque année, ce sont environ 200 000 personnes qui font l’ascension du mont Fuji. Pour se rendre jusqu’au sommet, 4 routes sont possibles, toutes partant de la 5e station, c’est-à-dire qu’on ne part pas du pied de la montagne, mais on prend un bus ou une voiture pour se rendre à peu près au milieu pour commencer l’ascension. Ces 4 routes sont d’une difficulté variable, la plus simple et populaire étant la Yoshidaguchi qui est empruntée par 70% des visiteurs. Et ce que l’on sait moins, c’est que cette route est la seule que l’on peut faire depuis le point zéro, au pied de Fujisan ! Tout le monde commence à la 5e station, mais le chemin qu’empruntaient autrefois les Fujiko est toujours accessible.

fujisan kitaguchi hongu
Le point de départ de l’ascension traditionnelle du mont Fuji.

Le point de départ originel est ainsi le sanctuaire Kitaguchi Hongu Fuji Sengen-jinja, dans la ville de Fujiyoshida. Cette ascension depuis le point zéro prendre 2 fois plus de temps : environ 12 heures jusqu’au sommet, contre 6 depuis la 5e station. Mais le chemin jusqu’à la cinquième station est agréable, et on passe notamment par plusieurs maisons de thé comme Nakano Chaya et Daimonziya. Comme les randonneurs sont beaucoup moins nombreux sur ces sentiers, c’est bien plus propice aux rencontres.

daimonziya
La bonne franquette à Daimonziya, un café situé à 3 heures de marche du point zéro.

Pour profiter pleinement de l’ascension du mont Fuji, je recommande très fortement la nuit dans un refuge (j’ai pour ma part opté pour Tomoe-kan, situé à la 7e station). Cela permet d’affronter plus facilement le mal de montagne et la chute des températures, et on peut ainsi effectuer l’ascension durant la journée, s’arrêter une fois la nuit tombée, et reprendre au petit matin. De plus, en faisant l’ascension de jour tout en prenant son temps, on peut profiter de superbes paysages depuis Fujisan.

kagefuji
Kagefuji, l’ombre de Fujisan qui se reflète dans les cieux !
tomoe kan fujisan
Nuit au refuge Tomoe-kan, situé à la 7e station de Fujisan.

Pour éviter les foules, l’idéal est de ne pas chercher à voir le lever du soleil au sommet de Fujisan, mais d’avoir 1 ou 2 heures de retard par rapport à ce planning. On pourra ainsi admirer le lever du soleil un peu plus bas que le sommet, avec une vue quasiment identique, sans une foule oppressante ! De même, le chemin pour se rendre jusqu’au sommet sera beaucoup plus agréable et tranquille. Une fois tout en haut, ce n’est que le début de la souffrance, car la descente est la partie la plus éprouvante et demande environ 4 heures jusqu’à la 5e station…

fujisan lever de soleil
Lever du soleil depuis le mont Fuji.

YOSHIDA NO HI MATSURI, LE FESTIVAL DE FERMETURE DU MONT FUJI

Chaque année les 26 et 27 août, le grand festival Yoshida no Hi Matsuri marque la fermeture de l’ascension du mont Fuji… Mais pas de panique : la saison d’ascension dure bien jusqu’au 10 septembre ! Autrefois, elle se terminait fin août, mais elle a été rallongée au fil du temps. Ce festival est très particulier car plus de 100 grandes torches enflamment la ville de Fujiyoshida le premier soir, offrant un spectacle unique. Des mikoshi représentant le mont Fuji qui sont transportés et balancés au sol pour prévenir des éruptions. C’est un matsuri incroyable que je vous recommande très fortement !

yoshida no hi matsuri
Le premier soir est magique au festival Yoshida no Hi Matsuri !
fujiko fuji
Les Fujiko sont bien évidemment de la partie !
yoshida matsuri
Des Mikoshi représentant le mont Fuji paradent dans les rues de Fujiyoshida.

C’est là-dessus que se termine cette magnifique aventure au mont Fuji : la cérémonie d’ouverture, l’ascension depuis le point zéro, de nombreuses rencontres et le festival de fermeture… C’était un été en compagnie de Fujisan, tout simplement ! Pour la route et en récompense des nombreux efforts effectués, je vous propose un bon curry à l’image d’un Fujisan bleu au café Konohana qui est un très bel endroit à découvrir dans la ville de Fujiyoshida.

konohana fujiyoshida
Le curry bleu du café Konohana à Fujiyoshida.
Voyageur qui aime les contrastes et nuances, j'ai démarré le projet Ichiban Japan car je souhaitais faire découvrir plusieurs Japon en partant à la rencontre des Japonais. Auteur du livre "72 saisons du Japon" disponible partout (librairies, FNAC, Amazon) et en version numérique sur ce site.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici