Home > 12 mois au Japon > Le Japon en janvier

Avec cette série de vidéos, je vous invite à vivre le Japon au rythme des saisons à travers des vidéos mensuelles présentant la vie de tous les jours, les différents festivals et coutumes, les spécialités de saison, etc. Complément idéal de mon livre 72 saisons du Japon, cette série a pour but de faire voyager, aider à préparer un voyage peu importe les dates, et d’en découvrir plus sur la culture nippone sous l’angle rafraîchissant des saisons.

Le Japon en janvier
Le Japon en février
Le Japon en mars
Le Japon en avril
Le Japon en mai
Le Japon en juin
Le Japon en juillet
Le Japon en août
Le Japon en septembre
Le Japon en octobre
Le Japon en novembre
Le Japon en décembre

LE NOUVEL AN AU JAPON

Avec le mois de janvier, on commence évidemment cette vidéo par le Nouvel An au Japon. Si la nuit du 31 décembre n’est pas la fête très animée que l’on retrouve dans la plupart des autres pays, il existe pléthore de coutumes et festivités pour célébrer la nouvelle année sur l’archipel. C’est un moment que l’on passe surtout en famille, le réveillon se fait à la maison devant la télé, puis on brave le froid nocturne pour se rendre au temple ou au sanctuaire à minuit afin de faire sa première prière de l’année (hatsumode). Comme il y a toujours pas mal d’attente, on trouve souvent des petits stands de bouffe pour se réchauffer et se réconforter ! Certains lieux sont justement connus pour leurs festivités du Nouvel An, et je vous emmène ainsi au sanctuaire Inaba-jinja, dans la ville de Gifu, l’un des plus importants de la ville. Il présente l’avantage d’être situé juste au-dessus du mont Kinkazan, sur lequel se trouve le château de Gifu. Après avoir fait leur première prière de l’année, de nombreux Japonais restent éveillés toute la nuit et font l’ascension jusqu’au sommet afin de profiter du premier lever de soleil de l’année (hatsuhinode) depuis le haut de la montagne.

inaba jinja
Le Nouvel An au sanctuaire Inaba-jinja à Gifu.
yatai japon
De nombreux Yatai réchauffent les palais dans le froid nocturne de ce début d’année.
nouvel an japonais
Nouvel An entre potos au sanctuaire !

Durant les trois premiers jours de l’année, les Japonais sont généralement en vacances et en profitent pour faire leur première visite au temple ou au sanctuaire de l’année (hatsumode) afin de placer tous leurs espoirs dans leur première prière de l’année. Le sanctuaire Chiyoho Inari-jinja, dédié à la réussite dans les affaires, est l’un des lieux les plus prisés de Gifu. Et pour cause : on y retrouve des dizaines et dizaines de stands de nourriture, la spécialité étant ceux de Kushikatsu. On passe un moment chaleureux à la meilleure des franquettes à déguster les brochettes préparées juste devant soi par les chefs.

chiyoho inari jinja
Le sanctuaire Chiyoho Inari-jinja, également surnommé Ochobo San.
kushikatsu
Des Kushikatsu servis à la meilleur des franquettes !

Avec les temples et sanctuaires, les centres commerciaux sont les lieux où l’on retrouve le plus de monde les premiers jours de l’année, c’est assez cocasse car il est vrai que religion et consommation ont un lien très étroit au Japon. La religion a parfois un aspect consommateur, tout comme la consommation peut avoir un aspect religieux. Ce lien entre religion et consommation est tellement fort qu’on retrouve même des danses du lion (shishimai) dans les galeries marchandes pour le Nouvel An, des danses qui permettent de se protéger des malheurs à venir qu’on retrouve normalement dans les sanctuaires. On peut également venir dans les centre commerciaux pour acheter un fukubukuro, des sacs de chance dont le contenu est secret, ou bien participer aux nombreuses loteries (kuji) qui rappellent les loteries divines que sont les omikuji, les papiers de prédiction que l’on tire dans les temples et sanctuaires.

shishimai
Danse du lion dans une galerie marchande le jour de l’an.

SEIJIN NO HI, LE JOUR DE L’ACCÈS À LA MAJORITÉ

Le deuxième lundi du mois de janvier au Japon, c’est Seijin no Hi, un jour férié qui célèbre l’accès à la majorité des jeunes Japonais. L’âge a été abaissé de 20 ans à 18 ans il y a quelques mois, mais ce sont bien les jeunes de 20 ans qui continuent d’être mis à l’honneur. Dans le froid du mois de janvier, cette journée apporte beaucoup de douceur, de poésie et de couleurs grâce aux innombrables furisode (kimono à manches longues) qui habillent les rues, parcs, temples et sanctuaires. En effet, les jeunes femmes ont l’habitude de revêtir de magnifiques habits traditionnels très colorés, tandis que les jeunes hommes optent généralement plutôt pour le costume-cravate, bien que certains portent tout de même un kimono.

Seijin no hi
Seijin no Hi au temple Senso-ji à Tokyo.
seijin shiki
Chaleur et poésie en plein hiver !

Durant cette journée, les jeunes se rendent dans un lieu de leur ville natale afin d’assister à une cérémonie (seijin shiki) qui leur est dédiée, avec généralement un discours du maire et de ses représentant durant une petite demi-heure. Avant et après cette cérémonie, l’heure est à la prise de photos pour immortaliser cette journée dont ils tiennent le rôle principal. Le soir venu, ce sont les izakaya qui sont pris d’assaut par les jeunes qui profitent de leurs retrouvailles pour lever le coude ! Chaque année, on recense d’ailleurs pas mal de débordements alcoolisés ce jour-là. Pour admirer la beauté de ces jeunes vêtus de magnifiques kimono, on peut soit se laisser surprendre au hasard dans le métro ou la rue, soit se rendre dans des lieux où ils se regroupent en nombre, comme le temple Senso-ji à et le sanctuaire Meiji-Jingu à Tokyo, ou encore le sanctuaire Heian-jingu à Kyoto.

seijin shiki kyoto
Seijin Shiki au sanctuaire Heian-jingu à Kyoto.
yanki seijin shiki
Des jeunes contents de se retrouver le jour de Seijin Shiki !

TOKA EBISU, LA FÊTE DANS L’OUEST DU JAPON

Le 11 janvier est l’anniversaire d’Ebisu, l’un des divinités préférées des Japonais dans le panthéon shintoïste. Du 9 au 11 janvier, on retrouve donc de nombreux festivals dans les sanctuaires qui lui sont dédiés à l’Ouest du Japon, de la région du Kansai à Kyushu. On vient prier et espérer une bonne réussite dans les affaires, et on achète des fukuzasa, des sortes de porte-bonheurs réalisés avec des feuilles de bambou et divers ornements personnalisables. Dans l’Est du Japon, du côté de Tokyo, ce n’est pas vraiment le cas parce qu’il existe déjà une coutume similaire qui a lieu en novembre : Tori no Ichi. À Kyoto, le sanctuaire Ebisu-jinja est l’un des meilleurs lieux pour en profiter car on y trouve des dizaines de yatai qui proposent des mets réchauffants, l’idéal étant de s’y rendre en début de soirée.

toka ebisu
Toka Ebisu au sanctuaire Kyoto Ebisu-jinja.

LE JAPON SOUS LA NEIGE À ZAO ONSEN

En janvier, il neige sur une grande partie de l’archipel ! Au Nord du Japon et dans les zones montagneuses, on peut profiter de magnifiques paysages drapés de blanc. Même dans les villes comme Tokyo ou Kyoto, il arrive qu’il y ait un ou deux petits jours de neige fin janvier. De toute façon, les endroits pour en profiter sont nombreux : il suffit de faire 2-3 heures de train ou de route depuis n’importe quelle grande ville pour tomber sur une zone de fortes chutes de neige ! Direction donc Zao Onsen, dans la préfecture de Yamagata, à 2 heures de Tokyo, un charmant village thermal qui est connu pour ses fameux monstres de neige qui apparaissent de fin décembre à fin février. On y trouve notamment Genshichi Roten no Yu, un grand bain extérieur qui n’est ouvert qu’en journée et offre un cadre onirique : passage obligatoire lors d’une venue à Zao Onsen !

zao onsen
Bienvenue à Zao Onsen !
zao onsen nuit
Zao Onsen de nuit.

VOYAGE À KYUSHU DURANT LA PÉRIODE DE GRAND FROID

Fin janvier, il neige dans les régions montagneuses et au nord du Japon, mais dans le reste du pays, il fait très beau ! Les jours sont ensoleillés et le ciel d’un grand bleu, mais qu’on ne s’y trompe pas : il fait bien froid ! Du 20 janvier au 4 février, c’est la période la plus froide et sèche de l’année, appelée daikan. Si le froid nécessite de s’habiller en conséquence, il n’agit pas comme un repoussoir car le beau temps donne, malgré tout, envie de sortir ! La nature n’a rien de spécial à proposer (hormis la neige dans les zones en altitude), aucune floraison importante à l’horizon, mais on peut tout de même faire de superbes visites sur l’archipel : c’est pourquoi je vous emmène à l’abordage sur l’île de Kyushu, dans la préfecture de Kumamoto, pour profiter du Japon durant cette période de grand froid.

château de kumamoto
Le château de Kumamoto et la troupe Kumamoto-jo Omotenashi Bushotai.
kamishikimi kumanoimasu
Le sanctuaire Kamishikimi Kumanoimasu-jinja.
ashiyu tsuetate
Voyage au mois de janvier dans la préfecture de Kumamoto.

LES DÉLICES DE KAGURAZAKA

Comme il fait froid en janvier, il est particulièrement appréciable de passer du temps dans les nombreux charmants cafés et restaurants que compte l’archipel. Dans l’ancien quartier Geisha de Kagurazaka à Tokyo, on peut trouver une myriade de bonnes adresses ! En compagnie de Takumi, alias Curieux du Japon ou le Prince du Japon, voici une petite sélection de trois restaurants que j’apprécie et vous recommande dans ce quartier.

  • Menosou, un restaurant gastronomique qui propose un menu qui reste abordable le midi dans une très belle ambiance. La spécialité du chef est l’Ebi Shinjo, la boulette à la crevette. Les produits sont de grande qualité.
  • Kagurazaka Ken, un restaurant qui sert chaque jour un menu unique différent. Le cadre est original et chaleureux.
  • Atelier Kohta, un pâtissier de grande qualité qui concocte d’excellentes créations gourmandes originales.
kagurazaka tokyo
Dans les ruelles du quartier de Kagurazaka à Tokyo.
menosou kagurazaka
Le menu du midi à Menosou.
kagurazaka ken
Le joli cadre de Kagurazaka Ken.
atelier kohta
Les sublimes douceurs de l’atelier Kohta.

LA MEILLEURE SAISON POUR LE SUSHI

Impossible de terminer cette vidéo sans vous emmener déguster de bons sushi ! L’hiver est en effet la période où les poissons sont plus gras et savoureux, ce qui en fait le meilleur moment pour se régaler dans un véritable restaurant de sushi. Je vous emmène donc, en compagnie de ma voisine et de l’illustre chaussette de Japania, dans un restaurant exceptionnel situé dans mon quartier, avec un chef de 81 ans qui fait le show ! Attention : ce restaurant n’accepte aucun client sans réservation.

sushi tokyo
Un chef haut en couleurs !
torotaku
Torotaku, un type de maki populaire dans tout le pays inventé par le chef il y a 50 ans.

Voilà, c’est là-dessus que ce termine cette première vidéo de cette série sur le Japon au fil des mois ! Rendez-vous le mois prochain pour vivre le Japon en février

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *